Sélectionner une page

Focus sur: Les scouts

4 Nov, 2018FOCUS, News

Hugo

Un groupe scout dans un église évangélique, cela peut surprendre. Beaucoup pensent, plus ou moins consciemment, que le scoutisme est lié à une certaine confession majoritaire en France et n’imagineraient pas trouver un groupe scout dans nos églises. Pour tordre le coup à cette idée fausse, je vous invite à un rapide parcours historique sur l’origine du scoutisme.

C’est en Angleterre que le scoutisme a été fondé. Son créateur, Robert Baden Powell, officier anglais, est fils de pasteur protestant. Au terme d’une brillante carrière militaire au cours de laquelle il s’est particulièrement distingué dans la bataille de Mafeking en remportant la victoire contre un adversaire quatre fois plus nombreux, il rentre au pays accueilli en héros national. Il est l’auteur d’un ouvrage sur les éclaireurs militaires où il décrit notamment comment il a créé un corps de jeunes garçons lors du siège de Mafeking pour transporter des messages. Il découvre alors que son ouvrage est utilisé par des éducateurs qui lui écrivent pour avoir des conseils.

Parallèlement, il est navré de constater que beaucoup de jeunes sont désœuvrés, subissent la pollution des villes et sombrent dans la délinquance. Il tente alors une expérience en emmenant une vingtaine de jeunes garçons, issus de classes sociales variées, à l’écart sur une île au sud de l’Angleterre, Brownsea, en août 1907. Avec eux et assisté de 4 autres encadrants, il organise le premier camp scout de l’histoire en les divisant en patrouille et en les revêtant du fameux foulard.

Chantal

Melkon

Baden-Powell écrit ensuite en 1908 son livre « Eclaireurs » qui deviendra l’ouvrage fondateur du scoutisme et qui en est encore de nos jours un manuel de base. Il y décrit sa méthode pour animer une troupe d’adolescents. Très rapidement, celle-ci est employée et le mouvement des éclaireurs (« scout » en anglais) se répand d’abord au Royaume-Unis puis dans bien des pays. Le scoutisme s’ouvrira également aux filles à partir de 1909 et aux plus jeunes (louveteaux, de 8 à 12 ans) à partir de 1916.

En France, une première expérimentation scoute commence par un groupe protestant, en 1909 à Nantes, et le scoutisme se développe ensuite d’abord par un mouvement de même confession, dit unioniste, dès 1911, et par des mouvements neutres du point de vue de la foi (1911 également). D’abord réticente envers ce mouvement fondé par un protestant, l’Eglise Catholique Romaine ne s’ouvre au scoutisme qu’après la seconde guerre mondiale. Le grand mouvement catholique des « scouts de France » est créé en 1920.

En créant son mouvement, Baden-Powell ne cherche surtout pas à créer un groupe para-militaire. Il déclare ; « À la fin de ma carrière militaire, je me mis à l’œuvre pour transformer ce qui était un art d’apprendre aux hommes à faire la guerre, en un art d’apprendre aux jeunes à faire la paix ; le scoutisme n’a rien de commun avec les principes militaires ». Il voit plutôt son mouvement comme un outil éducatif au service de la jeunesse. Dans ce sens, il fixe au scoutisme 5 objectifs qui sont encore les buts du scoutisme traditionnel aujourd’hui : développer chez les jeunes le caractère, le civisme, la santé, la débrouillardise et le sens de Dieu. Si certains mouvements modernes ont abandonné ce dernier objectif, il était bien à l’origine dans la pensée du fondateur du scoutisme.

Eric

C’est donc avec la volonté de suivre ces 5 objectifs que notre groupe de Versailles, le groupe scout Alliance, fut créé en septembre 2011, 100 ans après les 1ers mouvements français de scoutisme. Nous avons rejoint pour cela un mouvement de scoutisme traditionnel et chrétien, les Éclaireurs Évangéliques de France (E.E.F.), qui compte aujourd’hui plus d’une vingtaine de groupes dans l’hexagone.

Pour la 1ère journée du groupe, nous étions 3 encadrants et 7 enfants. Aujourd’hui, pour la 8ème année du groupe, nous comptons une trentaine d’enfants et 6 encadrants, avec 2 tranches d’âges ; les louveteaux entre 8 et 12 ans et les éclaireurs entre 12 et 17 ans. Les membres du groupe viennent pour moitié de l’église de Versailles et pour le reste d’églises sœurs. Nous accueillons aussi parfois des enfants de familles non-évangéliques.

Nous nous réunissons une fois par mois, parfois pour tout un week-end de 1 ou 2 nuits sous la tente. Il y a aussi des camps de 1 ou 2 semaines l’été qui sont, pour les jeunes, l’occasion de découverte et de mise en pratique des techniques apprises durant l’année. Les activités, adaptées à chaque tranche d’âge, sont variées avec des travaux manuels, des constructions, des jeux, … et à chaque journée un moment de partage autour de la Bible.

Le groupe scout Alliance n’est pas vraiment une nouveauté pour l’église de Versailles qui a par le passé déjà accueilli un groupe de louveteaux mais rattaché à un groupe scout protestant de Saint Quentin-en-Yvelines. C’était 20 ans plus tôt et le petit groupe était conduit par deux jeunes de l’église. Mais quand ils arrêtèrent, l’activité disparut. C’est tout l’enjeu d’avoir une activité pérenne en ayant un encadrement assez large pour que le départ d’une ou deux personnes ne soit pas fatal à l’ensemble. Aujourd’hui, l’encadrement est suffisant pour l’activité courante mais nous sommes conduit à limiter le nombre d’enfants pour garder une activité de qualité et des encadrants supplémentaires seraient donc les bienvenus.

Marie-Laurence (de l’Eglise des Clayes) et Ludovic (de l’Eglise de Voisins de Bx)

Solange

Les besoins sont multiples et il faut voir notre groupe scout comme une occasion de s’engager dans l’évangélisation et l’éducation des jeunes tout à la fois.
Nous avons besoin d’animateur auprès des jeunes, bien sûr. Si vous êtes prêt à servir et à apprendre, il n’est pas nécessaire de connaître déjà le scoutisme ; le mouvement assure une formation. Mais vous pouvez aussi aider dans le domaine logistique (inventaire, installation, entretien du matériel), en renforçant l’équipe cuisine-intendance pendant les camps et week-end, pour l’administratif (gestion des inscriptions, des comptes, …), selon vos compétences et vos capacités.

Pour tout renseignement, vous pouvez vous rapprocher d’Eric Le Dily.