Sélectionner une page

Quand le doute fait rage, il est quand même là!

12 Déc, 2018Témoignages

Grandir à l’église ne signifie pas toujours connaître Dieu ou avoir vécu quelque chose avec Dieu. Cette phrase m’a beaucoup interpellée ces derniers temps.

Je m’appelle Alexandra et j’ai toujours connu l’église et ce depuis mon plus jeune âge : école du dimanche, groupe de jeune, rassemblement de jeunesse, culte…

En 2009 je me suis baptisée, et ma vie a continué: Prière du matin, du midi et avant d’aller dormir.

Les années passaient comme ça. Mais cette année n’a pas été comme les autres, c’était peut-être l’année des changements.

Des questions que je ne m’étais jamais posées venaient maintenant m’obséder, parmi elles :

  • Et si Jésus revenait aujourd’hui, est-ce qu’il me prendrait avec Lui ?
  • Et maintenant que mes parents s’en vont qu’est-ce que je vais devenir ?
  • Et mon avenir alors ?
  • Et ma relation avec Dieu ?

Un tourbillon angoissant de questions sans réponses, l’impression qu’il y en avait toujours plus qui venait s’ajouter à cette liste déjà interminable.

Ce mal être, je l’avais ressenti il y a un an, mais j’avais réussi à l’évacuer, et à l’oublier. Je l’ai mis de côté, mais maintenant je devais peut-être l’affronter et faire des choix!

Je n’allais pas y arriver toute seule, j’avais vraiment besoin d’aide, mais je ne comprenais pas ce qui m’arrivait. Les seules réponses aux questions que me posait mon entourage étaient des larmes, je ne savais pas expliquer ce qui se passait dans ma tête… Qui ? Pourquoi ? Où ? Comment ? 

Je voyais l’inquiétude grandir dans leurs yeux et c’était de ma faute, je me refermais de plus en plus et j’avais peur.

Qu’elle allait être l’issue de tout cela ? Je ne voulais pas partir pourtant ça semblait être la seule solution. Chaque jour devenait de moins en moins supportable, je sombrais dans une dépression, comme l’impression de devenir folle.

Pendant ces tempêtes intérieures, je lisais tout ce qui pouvait ou en tout cas tout ce qui semblait concerner  ma situation que ce soit sur le TopChrétien ou dans des témoignages… Le constat était que pour toutes ces personnes ça semblait se terminer bien.

La plupart de ces messages se terminaient par une prière que je faisais espérant trouver la paix et croyant que Dieu pourrait faire quelque chose.

J’essayais de parler à Dieu mais à ce moment là j’avais l’impression de parler toute seule.

Je me disais: “Eet si toutes ces histoires qu’on m’avaient raconté petite au sujet des mauvais esprits étaient vraies … si j’étais aussi concernée? Une raison de plus d’avoir peur, de douter et d’angoisser.

Je fini par en parler à mon pasteur qui me fait comprendre certaines choses.  Ca m’a permis de me calmer et de retrouver une certaine paix, mais une fois seule dans ma chambre c’était reparti. J’ai envie que tout ça s’arrête !

Alors, je discute avec une personne avec qui je fais cette prière dans laquelle je demande à Dieu son aide et où j’admets que je ne sais pas s’il existait vraiment dans ma vie à moi mais que je ne pouvais pas y arriver sans Lui et je m’endors sereine.

Les jours passent et il y a comme des moments d’accalmies dans ces tempêtes intérieures (même si de temps en temps elles reviennent) mais elles me font tellement de bien que je remercie Dieu pour chacune d’entre elles.

Dés lors, les messages que je lis, les pensées, les versets que je reçois me parlent de ce que je ressens, ce sur quoi je n’arrivais pas à mettre des mots jusqu’à là. Au début je me disais, non?!, c’est pas possible !, ce n’est pas pour moi… C’est un hasard… mais plus les les jours passent, plus il s’adresse à moi, plus les mots commencent à résonner en moi.

Aujourd’hui, je vis une paix que je n’aurais jamais imaginée et une joie incomparable!  Je sais, je crois que Dieu me guérie, qu’il panse mes blessures et qu’il me console. Je n’ai pas de réponse à toutes les questions que je me pose, mes doutes reviennent quelques fois mais mon regard a changé, les choses sont en train de changer profondément.

Je me sais soutenue dans la prière mais aussi humainement et comme dit ce chant que nous chantons parfois: “j’ai trouvé ma place.”

Alexandra V.